Partagez ce billet

Quatre façons intéressantes d’aborder la maladie mentale dans le monde entier.

Au cours des derniers mois, nous avons publié de nombreux articles sur tous les aspects de la santé mentale, des maladies mentales spécifiques aux diverses options de traitement et de soutien. Nous avons parcouru beaucoup de chemin jusqu’à maintenant, mais ce n’est en fait que la pointe de l’iceberg — surtout si l’on tient compte du fait qu’une grande partie de notre contenu provient d’une perspective nord-américaine. La santé mentale est un problème universel qui touche des centaines de millions de vies dans le monde et, malheureusement, la stigmatisation, l’insuffisance des ressources et le manque général d’éducation sont universels. Ces défis ont inspiré certains pays à s’attaquer à la maladie mentale de façon vraiment novatrice.

« Banc de l’amitié » au Zimbabwe

L’Organisation mondiale de la santé cite la dépression comme principale cause d’invalidité dans le monde, et le Zimbabwe ne fait pas exception. Dans la langue Shona, on l’appelle « kufungisisa », ou « penser trop », un terme utilisé pour décrire la dépression ou l’anxiété mentale, sociale et/ou spirituelle. Bien que les Zimbabwéens soient conscients du problème, la grave pénurie de professionnels de la santé mentale signifie qu’ils doivent trouver des solutions créatives.

Le projet Banc de l’amitié est une réponse directe et ingénieuse à ce défi complexe. Les cliniques de soins primaires procèdent d’abord au dépistage des patients qui arrivent à l’aide d’un questionnaire pour évaluer leurs symptômes. Si les résultats du patient sont supérieurs à un certain seuil, il est référé à un banc de l’amitié, qui est essentiellement un banc de parc où travaille un employé de l’autorité sanitaire de Harare formé pour fournir une thérapie de résolution de problèmes. De cette façon, les patients peuvent recevoir des conseils efficaces d’une manière à la fois familière sur le plan culturel et très accessible. Le programme est basé sur la thérapie cognitivocomportementale et a connu un tel succès que les organisateurs prévoient de l’étendre aux régions voisines.

Singapour reconnaît une main-d’œuvre inexploitée

La maladie mentale est considérée comme une « malédiction » dans de nombreuses régions d’Asie. Par conséquent, les personnes aux prises avec diverses conditions psychologiques sont souvent évitées dans leur vie sociale et professionnelle. Cela rend la recherche d’emploi particulièrement difficile pour les Asiatiques atteints de maladies plus graves et, sans revenu durable, leur situation risque de se détériorer. Heureusement, une organisation de Singapour appelée The Mindset Learning Hub travaille d’arrache-pied pour empêcher les gens de passer à travers les mailles du filet. Non seulement ils offrent des certifications dans les domaines de la vente au détail, de l’alimentation et des services de garde, mais ils enseignent aussi à leurs clients comment rédiger un curriculum vitae et se préparer aux entrevues. Ils ont déjà établi des partenariats avec au moins quarante employeurs et cherchent à lancer des programmes de formation dans les domaines de l’hôtellerie et des soins de santé.

L’amour de la thérapie en Argentine

Alors que la grande majorité du monde essaie encore de se concentrer sur la santé mentale, les Argentins ont déjà fait des bonds en avant en matière de thérapie et de conseil. En fait, avec environ 198 psychologues pour 100 000 habitants, le pays compte le plus grand nombre de psychologues par habitant, selon Quartz. Il est extrêmement courant que les gens là-bas parlent ouvertement de voir leur thérapeute. C’est parce qu’ils considèrent la thérapie comme un élément essentiel pour rester en bonne santé, tout comme l’exercice et une alimentation équilibrée. Les Argentins comprennent l’importance de parler des problèmes communs tels que les problèmes relationnels, le stress financier, le deuil, etc., quel que soit l’âge, le milieu ou le statut socio-économique. Il y a même un quartier à Buenos Aires surnommé Villa Freud !

L’éducation de la jeunesse australienne

Les enfants et les adolescents sont souvent laissés pour compte dans la conversation sur la santé mentale, mais ils peuvent être tout aussi vulnérables à la dépression, à l’anxiété et à d’autres problèmes psychologiques. Pour sensibiliser les jeunes à la santé mentale, le ministère de la Santé du gouvernement australien a financé Headspace, un programme destiné aux jeunes de 12 à 25 ans qui les renseigne sur la santé mentale et physique, la toxicomanie, ainsi que des sujets liés à l’école et au travail. Headspace est axé sur la prévention et l’intervention précoce, et poursuit activement un mantra d’inclusivité et d’impartialité envers toute personne qui cherche à obtenir leurs services.

Contrairement aux initiatives similaires, Headspace n’est pas seulement une ressource en ligne. Ils ont plusieurs emplacements physiques à travers l’Australie, y compris dans plusieurs zones rurales. Les centres ont été conçus en utilisant la rétroaction des jeunes pour les rendre aussi accueillants et efficaces que possible, et offrir une vaste gamme de services de soins de santé, fournis par des professionnels allant des médecins et psychologues aux travailleurs sociaux en passant par les spécialistes de l’emploi. Selon leur site Web, 60 % des jeunes qui ont accédé à un centre Headspace se sont considérablement améliorés, tandis que les 40 % restants sont encore en convalescence et continuent de chercher du soutien et du traitement.

Ce que vous pouvez faire pour révolutionner la santé mentale

Ces initiatives vous inspirent-elles ? Vous pouvez aussi faire une différence. Nous avons facilité l’apprentissage au sujet de la santé mentale en créant une énorme bibliothèque de ressources remplie de douzaines de vidéos, de balados et de fiches-conseils. Tout le contenu est offert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, de sorte que vous pouvez obtenir des réponses en tout temps. Pour en savoir davantage, il suffit d’ouvrir une session dans votre compte LifeSpeak ou, si vous n’en avez pas, demandez à votre équipe RH de réserver une démo avec nous dès aujourd’hui.