Partagez ce billet

Pratiquer la gratitude

Par Jenny Tryansky, Coach certifiée en développement personnel

Les bienfaits de la gratitude ont été scientifiquement prouvés, et je ne suis pas ici pour les contester. Ils comprennent des bienfaits psychologiques, car on ressent des émotions plus positives et moins de stress; des bienfaits sociaux, notamment des relations plus soudées; et même des bienfaits physiques comme une meilleure qualité de sommeil et moins de problèmes de santé. Vivre avec plus de gratitude peut mener à une plus grande satisfaction à l’égard de la vie en général.

Brene Brown, que je tiens en haute estime, souligne « la recherche » pour affirmer que la gratitude suscite plus de joie dans nos vies. Elle signale que les personnes qui se décrivent comme joyeuses ou qui décrivent leur vie comme joyeuse se décrivent également comme pratiquant la gratitude.

Je pense que ce qui déconcerte beaucoup de gens, c’est le mot « pratique ». Les choses peuvent sembler inaccessibles lorsque nous croyons qu’il n’y a qu’une seule façon universelle parfaite de les pratiquer, sinon nous faisons fausse route. C’est tout simplement faux.

Pour cultiver de façon parlante une attitude plus positive et susciter plus de bonheur et de joie dans votre vie, ce qui est finalement l’objectif de la pratique de la gratitude, vous devez trouver une approche qui vous parle réellement.

ATTITUDE POSITIVE SAINE

Le concept de gratitude est naturellement devenu à la mode, car dans notre culture du « jamais assez », nous avons souvent besoin de rappels pour être reconnaissants du bon qui existe déjà. Ajouter plus d’optimisme dans nos vies est une excellente chose, compte tenu tout particulièrement des événements mondiaux actuels.

Cependant, il est important d’aborder la question de façon saine. Essayez différentes approches, et ne culpabilisez pas si un journal de gratitude ou une « attitude de gratitude » ne vous convient tout simplement pas comme cela pourrait être le cas pour d’autres membres de votre réseau.

Il est également important de comprendre qu’il y a un moment où l’attitude positive devient toxique si nous sommes censés nier tout ce qui est négatif et considérer uniquement les aspects positifs, ou « transformer un négatif en un positif ». De nos jours, la culture des « ondes positives seulement » est répandue dans les réseaux sociaux, et elle non seulement est nuisible, mais elle est également irréaliste.

Nous avons besoin de positivité, mais nous avons aussi besoin d’une vision réaliste de ce que signifie être humain. Voici quelques réalités que je vous invite à accepter :

  • Un état d’optimisme constant est irréaliste et impossible à atteindre pour la plupart d’entre nous.
  • Nous éprouvons tous de bons et de mauvais sentiments, positifs et négatifs, et nous n’avons rien à nous reprocher lorsque nous vivons des expériences négatives.
  • Il est naturel de vouloir se sentir mieux et plus optimiste rapidement, mais parfois, cela prend du temps et on ne peut pas le forcer ou le feindre.
  • Chacun dispose d’une trousse d’outils différente! Si une pratique de gratitude ou de positivité à la mode ne vous convient pas, l’autocritique est contre-productive et mène à une plus grande négativité.

Si vous avez déniché une pratique de gratitude qui vous convient, continuez! Écoutez-vous et veillez à ne pas feindre ou forcer la gratitude, à ne pas énumérer des choses dont vous « devriez » être reconnaissant, alors que vous ne le ressentez pas vraiment. Ressentir de la gratitude implique de ressentir ces sensations chaleureuses de positivité, de joie, de bonheur et de plaisir sur le plan sensoriel, et pas seulement intellectuel. Énumérer des choses sans vraiment les ressentir ne vous aidera pas à éprouver de la gratitude.

Si certaines des façons populaires de cultiver la gratitude ou une attitude positive ne vous parlent pas, voici la bonne nouvelle : il y a beaucoup d’autres techniques à expérimenter pour que vous ressentiez de l’appréciation.

LA DIFFÉRENCE ENTRE GRATITUDE ET APPRÉCIATION

Je considère l’« appréciation » encore plus forte que la gratitude. L’appréciation se situe à un niveau plus profond et parfois plus tangible, à mon avis.

Kristi Nelson, directrice générale de A Network for Grateful Living, explique la différence dans « Ten True Things About Gratitude » (en anglais uniquement). Elle considère que la gratitude porte davantage sur l’obtention ou l’expérience d’une chose que nous voulons. Lorsqu’il nous arrive quelque chose de bon, nous le considérons comme une bénédiction, mais elle considère l’appréciation comme une « orientation générale de la vie ». Elle explique que lorsque nous nous réveillons le matin et que nous éprouvons un sentiment d’appréciation pour le simple fait d’être en vie, avec notre cœur et nos sens ouverts aux dons et aux possibilités qu’apporte un nouveau jour, c’est une approche plus radicale de la gratitude qui ne dépend pas d’un événement qui nous arrive, mais plutôt une façon d’arriver dans la vie.

Sentez-vous la différence entre les deux approches? Ni l’une ni l’autre n’est mauvaise, et elles sont compatibles. Vous pouvez adopter à la fois les bienfaits de la gratitude et ceux de l’appréciation en étant reconnaissant du bon et aussi de la « grande plénitude » de la vie elle-même.

OUTILS PRATIQUES

Vous vous demandez peut-être : « Comment puis-je apprécier la grande plénitude de la vie? Donnez-moi les outils! » Voici quatre domaines sur lesquels vous pouvez vous concentrer, et ils peuvent parfaitement s’associer.

N’oubliez pas de prendre et d’essayer ce qui vous interpelle. Rien de tout cela ne devrait ressembler à une corvée; cela doit sembler réellement naturel.

GRATITUDE ET APPRÉCIATION

La gratitude porte sur la reconnaissance : il s’agit d’être en phase avec les choses et les personnes dont vous êtes reconnaissant. Comme je l’ai mentionné plus haut, elle peut parfois être très orientée sur les bonnes choses que nous recevons dans la vie. Ce n’est pas mal, mais ce que j’aime dans l’appréciation, c’est qu’il s’agit davantage de remarquer les aspects de votre vie qui vous suffisent déjà.

Parfois, la gratitude à elle seule peut être ressentie comme une pression excessive, et certaines personnes ne peuvent pas la saisir aussi facilement que d’autres. Le fait d’examiner les aspects qui nous suffisent est un autre point de départ qui pourrait nous aider à trouver des éléments dont nous sommes reconnaissants.

Demandez-vous : sans rien ajouter de plus, qu’est-ce qui vous semble déjà suffisant? Soyez honnête. Vous voulez peut-être gagner plus d’argent, mais si vous regardez vraiment la situation du point de vue de ce qui est en quantité suffisante, est-ce que vos revenus actuels sont déjà suffisants? Remarquez ce qui est en « quantité suffisante » dans votre vie et voyez si la gratitude augmente à partir de là.

L’appréciation étant un engagement à être reconnaissant de la grande plénitude de la vie elle-même, nous devons reconnaître qu’une vie pleine comprend les périodes moins positives de la vie. Nous pouvons encore vivre avec gratitude dans ces circonstances en appréciant les plus petites choses à tout moment.

Expérimentez en imaginant que vous avez une loupe ou un zoom optique à votre disposition tout au long de votre journée. À chaque instant, sur quoi pouvez-vous zoomer et que pouvez-vous apprécier? Vous pouvez toujours trouver quelque chose. Il peut s’agir de la couleur de la fraise dans votre assiette ou du sentiment de connexion que vous avez ressenti en bavardant dans le couloir (ou lors d’un appel Zoom!) avec un collègue. Cela pourrait même être le fait même d’avoir un collègue à une époque où de nombreuses personnes perdent leur emploi. Amplifier ces petites expériences de plaisir, de connexion ou de sens et en être reconnaissant est une façon de cultiver la gratitude et l’appréciation, même en période difficile.

Mettre à l’essai des rituels de gratitude à partager avec vos proches est aussi une excellente pratique. Aucun besoin de les écrire, vous pouvez les dire à haute voix. Certaines familles aiment partager ce dont elles sont reconnaissantes lors des repas. J’adore parler d’une chose qui s’est bien passée, d’une chose qui était difficile, et d’une chose qui m’a amusée. Je trouve que cela incite ma jeune fille à s’engager davantage, car il est souvent plus facile de répondre à ces questions que de simplement rechercher ce dont nous sommes reconnaissants. Le plaisir du rituel lui-même est une autre façon de faire l’expérience de l’appréciation.

Et si aucune des techniques ci-dessus ne vous convient, se demander parfois simplement « qu’est-ce que je tiens pour acquis? » est une façon de remarquer ce dont nous sommes vraiment reconnaissants.

RESSENTIR ET SAVOURER

Savourer les expériences positives et agréables de notre vie est un moyen sûr de cultiver plus de positivité et un sentiment de bonheur et de joie.

Savourer, c’est se permettre d’être en phase avec une expérience, en remarquant pleinement ce que font tous vos sens et en se tournant vers l’agréable. Quand vous savourez quelque chose, vous vous attardez plus longtemps avec le plaisir, vous l’attirez davantage et vous remarquez les qualités propres à la chose agréable. Il peut s’agir d’un son, d’une odeur, d’un goût, ou même de la texture de la nourriture en bouche, de remarquer que vos yeux sont attirés par quelque chose de beau, ou la sensation que procure le confort de votre lit.

Les moments les plus précieux que je savoure en ce moment se produisent lorsque je fais des câlins à ma fille le matin, juste avant la cohue de la routine matinale qui nous envahit. Je me permets de savourer la sensation et la chaleur de notre câlin et de notre connexion et je suis attentive à tous mes sens pour faire durer ces moments et en saisir pleinement le plaisir.

Savourer le présent est si enrichissant, mais vous pouvez aussi savourer un souvenir, une relation ou vos propres réussites en vous laissant contempler et apprécier le bon.

Savourer intensifie les émotions positives. Il est beaucoup plus facile d’identifier le bon dans votre vie lorsque vous vous laissez pleinement vivre ces moments agréables. Vous aimez peut-être faire du vélo pendant votre temps libre, mais si vous vous laissez savourer la sensation du vent sur votre visage, si vous remarquez la force de vos jambes lorsque vous pédalez et les odeurs qui flottent dans l’air, tout cela permet d’intensifier ce qui est si agréable dans l’ensemble de l’expérience. Plus vous savourez ces choses, plus vous en êtes reconnaissant.

Voici quelques questions à explorer : qu’est-ce qui valait la peine d’être savouré aujourd’hui? Qu’est-ce que je souhaite savourer davantage pour intensifier le plaisir?

APPRÉCIATION DE SOI

Bon nombre de personnes ont de la difficulté à pratiquer l’appréciation de soi. Le faire peut nous donner l’impression d’être complaisants ou égoïstes, mais c’est une pratique vraiment importante qui suscite une attitude plus positive dans nos vies. Je m’assure toujours que mes clients passent beaucoup de temps à reconnaître ce qu’ils apprécient dans ce qu’ils ont fait, comment ils se sont présentés et qui ils sont. Ils me remercient habituellement de les « obliger » à relever le défi de l’appréciation de soi, car les bienfaits sont tellement percutants.

Il n’y a rien d’égoïste à s’apprécier soi-même, à apprécier ses forces et ses qualités. Le fait de reconnaître qu’il s’agit d’un outil pour susciter une perspective plus positive pourrait vous libérer de tout préjugé défavorable à son égard.

Une petite façon de cultiver l’appréciation de soi est d’arrêter de détourner les compliments et de les recevoir plutôt avec des remerciements. Laissez-vous ensuite savourer les émotions positives qui accompagnent le fait d’être apprécié des autres.

RECONNAISSANCE DE CE QUI VA BIEN, DU POINT DE VUE DE LA VIE ENTIÈRE

L’une des questions préférées des coachs est : « qu’est-ce qui va bien? » Sur le plan culturel, nous sommes conditionnés à porter notre attention sur ce qui va mal ou sur ce que nous voulons changer. Nous nous arrêtons rarement pour constater ce qui va bien, et cette question peut être une excellente solution de rechange à « De quoi suis-je reconnaissant? »

Pour en récolter les fruits, vous devez poser cette question du point de vue de la vie entière. Votre vie est composée de nombreux éléments, soit le travail et la carrière, la famille, les cercles sociaux, l’amour et l’intimité, la santé et le bien-être, le plaisir et les loisirs, les finances et l’argent, la spiritualité, et l’apprentissage et le développement personnel. Chacun de ces éléments peut être divisé davantage pour composer votre tableau unique de la vie entière.

Lorsque quelque chose va mal ou qu’il y a un problème dans un domaine, il se peut que vous ne puissiez pas en apprécier le bon. Il est utile dans ces moments-là d’effectuer un zoom arrière et de se souvenir de l’intégralité de votre vie au-delà de cet aspect difficile. Si vous avez perdu votre emploi, vous avez raison de vous sentir mal à l’aise et il se peut qu’il n’y ait rien à ce moment-là dont vous soyez reconnaissant dans le contexte de votre carrière. Mais vous n’êtes pas seulement votre travail; vous êtes une personne entière, alors examinez ce dont vous êtes reconnaissant ou ce qui va bien dans tous les autres domaines.

Les lueurs d’espoir trouvent un écho chez certaines personnes, tandis que dresser une liste de gratitude quotidienne convient à d’autres. Pour d’autres encore, savourer simplement le bon dans le moment est suffisant. La bonne façon de faire l’expérience de la grande plénitude de la vie, c’est la façon qui VOUS convient.

JENNY TRYANSKY, Coach certifiée en développement personnel, Jenny Tryansky est une coach professionnelle certifiée en co-activité établie à Toronto, au Canada. Elle travaille virtuellement avec des clients dans toute l’Amérique du Nord en adoptant une approche globale de la vie et de la personne. Jenny est spécialisée dans le travail avec des personnes très performantes qui se critiquent elles-mêmes sans merci. Elle utilise la pratique de l’autocompassion dans son travail de coaching, aidant les gens à retrouver la confiance, la clarté et l’acceptation de soi nécessaires pour atteindre leurs objectifs et concrétiser leurs aspirations. Son atelier « Working With Your Inner Critic to Live, Work and Lead with Confidence », qui a fait ses preuves, offre un soutien aux employés et aux personnes aux prises avec le syndrome de l’imposteur et le sentiment d’être un moins que rien. Cet atelier a été bien accueilli dans des environnements influents comme Google Canada. Pour obtenir plus de renseignements visitez les pages suivantes Facebook pageLinkedIn profile or jennytryansky.com.