Partagez ce billet

Demandez à un expert : Stéphanie Deslauriers à propos de l’anxiété de la rentrée scolaire

Le mois de septembre est une période mouvementée pour la plupart des familles. Qu’il s’agisse de s’adapter à des horaires plus rigides ou la gestion des nouveaux camarades de classe et des enseignants, la rentrée scolaire comporte de nombreux facteurs stressants. La psychoéducatrice Stéphanie Deslauriers s’est jointe à notre séance « Demandez à un expert » en direct la semaine dernière pour prêter main-forte à nos utilisateurs en expliquant la façon d’élaborer des stratégies qui aideront les membres de leur famille à traverser cette période de transition. Depuis 2012, elle a publié 10 livres — dont son premier roman littéraire qui a remporté le Grand Prix du Livre de la Montérégie en 2015. Vous l’avez sans doute aperçue sur les ondes de Télé-Québec à l’émission Format familial, où elle participe à la chronique « Prenez un numéro » ou sur les ondes de TVA et LCN afin de commenter l’actualité.

Voici les points saillants de notre clavardage en compagnie de Stéphanie Deslauriers. Veuillez noter que la participation de l’utilisateur est anonyme et confidentielle.

Soulager l’anxiété de la séparation

QUESTION — « Depuis le retour des vacances, mon fils de 7 ans pleure tous les matins quand il monte dans l’autobus. Cela me brise le cœur ! C’est la 3e semaine de l’école. Que faire ? »

Stéphanie Deslauriers — « Ouf ! Comme je vous comprends. Ça nous chavire de voir nos enfants dans tous leurs états. Vous pouvez tenter de voir ce qu’il y a de différent cette année comparativement à la maternelle et la première année : prenait-il le bus aussi ? Réagissait-il ainsi ? Est-ce que quelque chose a changé dans sa routine du matin ? Est-ce qu’il vit quelque chose de stressant à l’école (par exemple, conflits récurrents avec d’autres élèves, relation difficile avec son enseignant(e), stress par rapport à la matière apprise qu’il trouve difficile ? Y a-t-il eu des changements à la maison : séparation, déménagement, deuil, arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur ? Tentez de mettre en place une routine du matin sécurisante [toujours la même] et agréable. Ceci est rassurant pour votre enfant. Vous pouvez également lui rappeler à quel moment vous allez le revoir, la personne qui va l’accueillir ou aller le chercher à la fin de la journée et à ce moment, l’amener à nommer au moins 3 choses positives de sa journée à l’école. »

Combattre le stress universitaire

QUESTION — « J’ai une fille de 21 ans qui souffre d’anxiété depuis son entrée au cégep. À l’université, elle panique encore en période d’examens en disant qu’elle ne sait pas où elle s’en va. On lui a proposé de prendre une année sabbatique, mais elle craint de ne pas vouloir revenir aux études. On lui a offert de consulter un psychologue. Depuis le Cegep, elle en a consulté deux ou trois, mais elle en ressort insatisfaite. Nous commençons à être découragés avec nos arguments. Que doit-on faire pour lui redonner confiance, et l’envie de poursuivre ses études ou une passion quelconque ? »

Stéphanie Deslauriers — « Votre fille semble effectivement se poser des questions identitaires qui sont tout à fait normales, voire saines. Or, cela semble lui occasionner bien de la souffrance, puisqu’elle voudrait avoir réponse à ces questions immédiatement et que cela n’est pas le cas. Le fait de ne pas savoir est une source de stress, voire d’anxiété pour plusieurs adultes, qu’ils soient jeunes ou pas.

Je vous félicite pour votre ouverture en termes de dialogue avec elle et votre suggestion de consulter un professionnel pour l’aider. Il arrive qu’on ait à magasiner ; un psychologue jusqu’à ce qu’on en trouve un avec qui cela clique vraiment. De plus, il pourrait être intéressant de savoir quelles sont ses attentes quant à un suivi psychologique. Le professionnel ne trouvera pas de réponses à sa place, à titre d’exemple. Il peut la guider, la pister, l’écouter, lui démontrer de l’empathie.

Et il serait intéressant de savoir si ce serait SI grave que cela qu’elle décide finalement de ne pas poursuivre à l’Université, après un temps d’arrêt. Est-ce qu’elle sent de la pression pour y aller ? Est-ce qu’elle a l’impression qu’il s’agit de la seule porte d’entrée vers le marché du travail ? Se compare-t-elle aux personnes de son entourage en ce sens ? Bref, elle n’est pas seule dans sa situation, elle semble avoir des parents très réceptifs et à l’écoute… ce qui est déjà énorme.

Elle fera son cheminement et vous serez là en cas de besoin. C’est tout ce que vous pouvez faire [et c’est beaucoup !]. »

Apprendre à contrôler le stress des examens

QUESTION — « Ma fille de 15 ans est soudainement anxieuse par rapport à ses études. Elle se met souvent en colère quand on lui demande comment ça se passe à l’école ou avec ses devoirs. À la veille d’un examen, elle se met en crise et dort très peu. Comment puis-je l’aider ? »

Stéphanie Deslauriers — « Vous dites que ce comportement est nouveau chez votre fille. Au préalable, quelle était sa relation avec l’école ? A-t-elle déjà démontré des signes d’anxiété par le passé [pleurs fréquents, colère, découragement, discours dénigrant par rapport à elle-même, peur d’essayer de nouvelles choses, tentatives de faire de l’évitement, etc.] ?

Plutôt que de lui demander comment ça s’est passé à l’école/avec ses devoirs, pourquoi ne pas lui demander ce qu’elle a aimé de sa journée ? Sa plus grande fierté ? Et simplement lui préciser que si elle a des questions, elle peut vous les poser. Ou encore, lui réitérer votre capacité à l’aider en cas de besoin.

Si vous connaissez à l’avance la date de ses examens, vous pouvez l’encourager à se faire un calendrier d’étude ; elle pourra ainsi commencer sa révision et sa préparation à l’avance. Puis, vous pourrez lui préciser qu’en étudiant, on a de meilleures chances de réussir. Avec le temps, en voyant le fruit de ses efforts, elle reprendra confiance. »

Ne manquez pas notre prochaine séance « Demandez à un expert » !

Si vous n’avez pas pu assister à notre clavardage en compagnie de Stéphanie Deslauriers, vous pouvez accéder à votre compte pour lire la transcription. Assurez-vous d’ouvrir une session en ligne le 23 octobre à midi [HE] pour bavarder avec Dr Charles Morin, professeur et expert en insomnie, qui répondra à vos questions sur la façon de mieux dormir pour mieux se sentir. Si vous n’avez pas de compte LifeSpeak, veuillez demander à votre équipe des RH de nous contacter.

Qu’est-ce que « Demandez à un expert » ?

Les séances « Demandez à un expert » permettent aux utilisateurs de communiquer périodiquement avec nos experts en temps réel, ce qui leur permet de recevoir des réponses immédiates à leurs questions pressantes. Cette occasion fournit à nos utilisateurs des conseils pratiques et faciles à suivre, ce qui les aide à apporter de réels changements à leur vie. N’hésitez pas à réserver une démo pour en apprendre plus.