Partagez ce billet

Demandez à un Expert : la santé mentale et les relations

Nos séances de clavardage « Demandez à un expert » sont si populaires, nous avons invité le Dr Joshua Coleman pour répondre à des questions supplémentaires.*

*Veuillez noter que la participation de tous les utilisateurs est anonyme.

La non-reconnaissance

Question : Cela va faire 25 ans que je suis mariée, en août, et j’ai l’impression que mon mari ne me connaît pas et ne m’apprécie pas. Il ne prend pas d’initiatives, ne propose pas d’idées ou de sorties pour garder la passion dans la relation Il y a des aspects de moi qu’il devrait connaître comme mon mets, ma couleur et mon restaurant préférés. Nous avons déjà parlé de ce sujet, mais il n’y a aucun changement. Il souffre d’un léger trouble obsessionnel compulsif (TOC). Il ne voit que ce qu’il y a devant lui en ce moment. Pour lui, il n’y a que « noir ou blanc », la zone grise n’existe pas. Il se met très en colère pour des choses que je trouve triviales, puis deux heures plus tard, il fait comme si de rien n’était. Je gère en grande partie les tâches ménagères et je prépare tous les repas, mais je ne me sens pas appréciée pour ce que je fais. Pouvez-vous m’aider ?

Dr Joshua Coleman : Il faudra que vous soyez plus forte si vous voulez qu’il abandonne ce comportement qui semble être de l’égocentrisme. Je donne souvent un exercice aux couples dans des situations similaires qui consiste à demander à chacun de dresser une liste de 5 à 10 choses que l’autre pourrait faire pour qu’il ait le sentiment d’être apprécié, aimé et vu. En voici quelques exemples :

  1. Dis-moi que tu m’aimes
  2. Prends les devants pour faire des câlins ou témoigner d’autres formes d’affection 
  3. Prévois une sortie ensemble et une gardienne (post-Covid)
  4. Prends l’initiative de faire l’amour 
  5. Dis-moi ce que tu aimes, adores ou apprécies en moi. 

Remarque : les commentaires doivent être axés sur le comportement et spécifiques. Il ne peut pas s’agir de choses vagues comme : sois plus gentil.

Une vaste étude a révélé que 25 % des hommes étaient complètement surpris lorsque leurs femmes demandaient le divorce. Vous aurez peut-être besoin de lui dire que vous n’acceptez pas de vivre comme ça pour le reste de votre vie. Vous devez insister pour qu’il participe à une thérapie de couple (en ce moment, la plupart des personnes le font par l’entremise de Zoom). Dans la mesure du possible, il serait bien de l’encourager à faire de la thérapie individuelle aussi.

Gérer l’anxiété et la dépression

Question : Mon mari a perdu patience avec mon anxiété et ma dépression au fil des ans. Je n’arrive pas à me faire à l’idée d’être en confinement et de gérer l’école à la maison de mes deux enfants. L’un d’eux souffre de trouble de l’apprentissage et cela peut être très difficile. Comment puis-je maintenir au mieux mes relations avec les membres de ma famille lorsque ces circonstances me dépriment plus que jamais auparavant ? 

Dr Joshua Coleman : Il est très fréquent de constater une augmentation de stress, d’anxiété, de dépression, voire une consommation de drogue et d’alcool chez les parents en raison du confinement, surtout que les enfants nécessitent plus de temps et d’attention que jamais. Il est vrai que si nous parlons trop de notre anxiété ou de notre dépression, nous risquons d’épuiser notre partenaire. Vous devriez peut-être chercher un soutien pour faire taire ces sentiments, soit en en parlant davantage à vos amis, soit à un thérapeute. D’autre part, votre mari pourrait/devrait peut-être redoubler d’efforts pour aider à soulager votre anxiété et votre dépression. Dites-lui que vous êtes disposé à travailler de votre côté sur le problème, mais qu’il pourrait vous aider en faisant ce qui suit. Par exemple : s’enquérir de votre moral même s’il se doute de la réponse, être plus affectueux, s’occuper davantage des enfants, etc.

Améliorer la communication écrite

Question : La communication peut être la cause et la solution de tant de problèmes relationnels. Les SMS (comme le courrier électronique ou la messagerie instantanée) peuvent laisser beaucoup de place à l’interprétation et ne donnent pas le ton, même en y mettant les efforts nécessaires, de sorte que le télétravail ou les rencontres virtuelles peuvent être pénibles. Sur le plan familial, la communication peut également conduire à des malentendus. Outre le fait de se donner beaucoup de mal pour communiquer sous toutes ses formes, que pouvons-nous faire d’autre durant une période déjà difficile pour nous faire entendre et comprendre, tout comme les personnes (famille, amis ou collègues) avec lesquelles nous interagissons et essayons d’entretenir des relations ?

Dr Joshua Coleman : Il est certain que les communications écrites sont beaucoup plus sujettes à des malentendus que les communications verbales ou visuelles. Et même ces formes de communication ne sont pas parfaites ! Mais lorsque vous écrivez des messages, relisez-les pour vous assurer qu’ils ne peuvent pas être mal interprétés. Les émojis sont en fait très utiles à cet égard. Mais, parfois, il est nécessaire de préciser à l’autre qu’une communication ne présente pas de plainte ou de critique, s’il y a une possibilité qu’elle soit interprétée ainsi. Parfois, ce petit effort supplémentaire fait beaucoup de chemin.

Exprimer des sentiments à votre partenaire

Question : Mon partenaire souffre d’anxiété et son état s’est détérioré durant la Covid19. À tel point que j’ai l’impression de ne pas avoir le droit de parler quand il s’agit de m’exprimer sur mon état de ma santé mentale. Comment puis-je exprimer ce que je ressens ?

Dr Joshua Coleman : Je ne pense pas que vos sentiments doivent dépendre de l’anxiété qu’il ressent. C’est sa responsabilité de gérer son anxiété et vous n’avez pas à vous interdire la liberté de vous exprimer. Cela ne veut pas dire que vous devez faire preuve d’insensibilité, mais simplement que vous avez le même droit que lui et que vous avez besoin d’un soutien. 

Extravertis et introvertis

Question : Avez-vous des conseils pour aider les couples à renforcer leurs liens et à mieux communiquer lorsque l’un des partenaires est plus extraverti et se sent un peu malheureux d’être en confinement alors que l’autre est plus introverti et souhaite être à la maison tout le temps ?

Dr Joshua Coleman : Le plus important est d’éviter ce qui se produit couramment dans ces dynamiques, à savoir une tendance à se ranger d’un côté ou de l’autre que vous soyez extraverties ou introverties. L’extraverti mérite de l’empathie pour la frustration et l’isolement liés au confinement, tout en évitant de faire honte à l’introverti qui profite de ce répit.

S’entendre avec la famille de votre partenaire

Question : Mon petit ami et moi avons des relations très différentes avec la belle famille. Par exemple, les membres de ma famille sont très ouverts et accueillants envers mon petit ami. Ils lui demandent toujours comment il va, l’inclut dans les événements familiaux, etc. Alors, que j’ai l’impression que c’est plus difficile pour moi d’avoir une relation avec les membres de sa famille. Je ne me sens pas très bien accueillie et quand je suis là, nous parlons des mêmes choses, nous n’avons pas de sujets de conversation et il n’y a pas beaucoup d’efforts de part et d’autre à ce niveau. Avez-vous des recommandations sur la façon de renforcer cette relation ?

Dr Joshua Coleman : Je pense que vous devez simplement accepter que la culture de sa famille diffère de la vôtre et ne pas prendre cela personnellement. Il est fort probable qu’il s’agit de la façon dont les membres de la belle-famille interagissent. Il est peu probable qu’ils considèrent leur façon d’interagir comme un problème puisqu’il en a toujours été ainsi. Donc, il vaudrait mieux pour vous et les membres de la famille que vous diminuiez vos attentes.

Vivre avec une personne mysophobique

Question : Mon partenaire a toujours été plus mysophobique que moi. Cette pandémie n’a fait qu’empirer sa peur. Il se met en colère lorsque les enfants ou moi-même rions ou respirons « trop fort » près de lui et cela provoque beaucoup de stress dans notre maison. Il semble que nous ne puissions pas évaluer correctement à quel point nous sommes « trop proches » ou « trop contaminés » malgré le fait que nous sommes en quarantaine ensemble en tant que famille. Nous faisons tous beaucoup d’efforts en matière d’hygiène, mais la peur excessive de mon partenaire nous occasionne du stress ! Pouvez-vous nous aider ?

Dr Joshua Coleman : Vous pouvez faire savoir à votre partenaire, en privé, que vous êtes prête à respecter les directives en matière d’hygiène établies par les scientifiques lorsque vous êtes à l’extérieur. Cependant, il n’est pas nécessaire d’être aussi strict à l’intérieur puisque vous êtes confinés en famille. Il faut mentionner qu’il est injuste d’imposer ses normes aux autres membres de la famille et que cela a des répercussions négatives sur vos sentiments à son égard. De plus, vous pouvez ajouter que vous êtes plus qu’heureuse de suivre les normes qui protègent la santé, mais sans plus. 

Le Dr Joshua Coleman est psychologue en pratique privée et co-président du Council on Contemporary Families. Il a été maintes fois invité au Today Show, NPR et BBC. Il a également participé au Sesame Street, 20/20, Good Morning America, America Online Coaches et PBS Life Part 2 et à de nombreuses émissions d’information pour les chaînes de télévision FOX, ABC, CNN, et NBC. On a publié ses conseils dans le New York Times, le Times of London, Fortune, Newsweek, The Chicago Tribune, Slate, Psychology Today, U.S. World et News Report, le magazine Parenting et bien d’autres. Le Dr Coleman a fait partie des facultés cliniques de l’Université de Californie à San Francisco, de la Wright Institute Graduate School of Psychology et du San Francisco Psychotherapy Research Group. Il est l’auteur de quatre livres : The Marriage Makeover : Finding Happiness in Imperfect Harmony, The Lazy Husband : How to Get Men to Do More Parenting and Housework, When Parents Hurt : Compassionate Strategies When You and Your Grown Child Don’t Get Along, et Married with Twins: Life, Love and the Pursuit of Marital Harmony.